L’automne nous offre des scènes magnifiques avec le changement de couleur des feuilles. Cette saison est réputée autant par les touristes japonais qu’étranger. Personnellement c’est ma période préférée ! J’adore admirer le paysage qui prend progressivement une teinte flamboyante. Je dois avouer qu’il y a une autre raison d’apprécier l’automne nippon. La période automnale est le moment de la récolte de divers légumes, riz ainsi que plusieurs sortes de poissons. Cela attise notre appétit afin en attendant l’arrivée de l’hiver.
Pour ceux qui auront la chance de partir au Japon durant cette période, profitez-en pour découvrir les différents ingrédients que je vais vous présenter ci-dessous et goûter leurs saveurs typiques et saisonnières !!

Voici 5 aliments à manger lors d’un séjour automnal au Japon :

1 : Patate douce/Satsuma-imo

En France, j’ai essayé tant de fois de réaliser des gâteaux à base de patate douce. Malgré tout, je n’ai jamais réussi à avoir exactement le même résultat que celui obtenu au Japon.
En japonais, on l’appelle Satsuma-imo (さつまいも). Elle a été importé des Philippines via la Chine, dans ce qui était autrefois la province de Satsuma, dans la partie sud de l’île de Kyûshû.
La patate douce japonaise ayant particulièrement une saveur sucrée est utilisée dans divers plats ainsi que dans des desserts. Par exemple, j’adore Imo gohan (芋ご飯) qui est du riz composé avec la patate douce. On peut la cuisiner souvent mijoté ou Tempura.

Imo gohan est du riz composé avec de la patate douce
Imo gohan est du riz composé avec de la patate douce
Tempura de patate douche
Tempura de patate douche

Pour la recette sucrée, il y a un vaste choix, soit à la japonaise ou à l’occidentale. Parmi celle-ci, j’aime bien les trois petites gourmandises que je vais vous décrire.
Daigaku-imo (大学芋) est composé de patates douces frites mélangées à de la sauce soja et à du miel. Imokenpi (芋けんぴ) est un genre d’amuse-bouche de patate douce frite.
Pour finir Oni manjyu (鬼まんじゅう), ce sont des bouchées cuites à la vapeur dont la farce de patates douces ressort de la pâte et nous fait penser à un démon Oni.

Daigaku-imo (patates douces frites mélangées à de la sauce soja)
Daigaku-imo (patates douces frites mélangées à de la sauce soja)
Imokenpi
Imokenpi

La recette la plus simple et la plus populaire de patate douce est Yaki-imo (焼き芋). Autrefois, lorsque le froid commençait à s’installer, on voyait souvent un monsieur tirant un chariot en disant « Ishi Yaki Imo » pour attirer l’attention. La particularité de ce chariot est d’être équipé d’un four afin de cuire des patates dans la pierre. Malheureusement, de nos jours, cette vente typique est devenue assez rare. Si par chance, durant votre séjour vous avez l’opportunité de croiser ce type de vendeur, je vous conseille de goûter cette douce saveur !

Vendeur ambulant de Yaki-imo
Vendeur ambulant de Yaki-imo
Vendeur de Yaki-imo

De nos jours, dans les grandes surfaces, on peut trouver de nombreux produits à base de patate douce tels que glace,  chocolat, biscuit etc… Ce sont souvent produits temporaires liés à la saison. Notamment, Haagen-dazs qui propose ce parfum pendant l’automne. Je vous recommande vivement de les tester !!
Voici également une petite idée de cadeau pour vos amis français, les KitKat à la saveur « Satsumaimo » !

KitKat saveur patate douche
KitKat saveur patate douche

2 : Potiron / Kabocha (かぼちゃ)

Au Japon, C’est un des aliments symboliques de l’automne pourtant Halloween n’est pas d’origine japonaise. Comme la patate douce, on en trouve souvent dans nos assiettes, dans les plats tel que Tempura ou la salade.
Parmi eux, j’adore le Kabocha mijoté, autrement dit, Kabocha no nimoto (かぼちゃの煮物), notamment la recette de ma mère qui pour moi est la meilleure ! Dès que je rentre chez mes parents, je lui demande de m’en faire. Quand j’étais jeune, c’était un plat que je n’appréciais pas particulièrement. Depuis que je vis en France, ce plat cuisiné par ma maman me manque très souvent.

Kabocha mijoté
Kabocha mijoté

J’aime aussi les pâtisseries à base de ce légume. La saveur très douce s’adapte facilement aux recettes sucrées. Il est également possible de trouver diverses sucreries à ce parfum. Durant l’automne, j’aime me promener dans le rayon gâteau des magasins. C’est un petit moment plaisir !
Je n’ai pas encore essayé la glace Haagen-dazs au Kabocha. D’après mes copines japonaises, elle est excellente !!

Glace Häagendazs saveur Potiron
Glace Häagendazs saveur Potiron
Kitkat saveur Potiron / Kabocha
Kitkat saveur Potiron / Kabocha

3 : Sanma (秋刀魚)

Sanma est un poisson indispensable dans une assiette automnale japonaise. En effet, son nom porte l’écriture chinoise « 秋 » qui veut dire l’automne.
Ce poisson est connu en français sous le nom de « Balaou du Japon » ou « Cololabis saira ». Il se trouve normalement dans le nord de l’océan pacifique, particulièrement autour de l’archipel japonais.
Sanma se mange très souvent grillé accompagné de radis japonais râpé. On peut également le manger frit ou sashimi s’il est frais. Il existe diverses recettes à base de Sanma. Quand j’étais petite, je n’aimais pas du tout ce poisson car il contient beaucoup d’arrêtes. En prenant de l’âge, j’ai commencé à l’apprécier. Si vous allez au Japon à l’automne, il faut déguster ce poisson qu’on ne trouve pas sur les étals des poissonneries en France. Au Japon, on le retrouve dans le menu comme « Plat du jour » ou « Suggestion du jour » dans les restaurants de type Izakaya (居酒屋) ou la brasserie japonaise Teishoku-ya (定食屋).

Sanma Grillé.
Sanma Grillé.

4 : Marron/ Kuri (栗)

De nos jours, on peut acheter assez facilement toute sorte de légumes tout au long de l’année. Cependant, le marron frais se trouve seulement durant l’automne. Lorsque j’étais à l’école maternelle, on partait dans une petite forêt afin d’y cueillir des marrons (châtaignes). C’était une sortie typique de l’automne.
Au Japon, le plat le plus populaire à base de marron est le riz composé « Kuri gohan (栗ご飯) ». Mis à part cette recette, au Japon, le marron est plutôt utilisé pour la pâtisserie traditionnelle ou occidentale.
A l’automne, dans toutes les pâtisseries modernes et de type occidentale de l’archipel, vous pourrez y trouver des gâteaux au marron qui se nomment « Mont blanc ».
Quand je suis arrivée en France, j’ai cherché ce gâteau en passant dans plusieurs pâtisseries mais je n’en n’ai pas vu autant que je pensais. Pourtant cette recette est née en Italie. Ensuite la recette a été reprise en France par le fameux salon de thé Angélina.

A Tokyo, il se trouve une pâtisserie qui s’appelle « MONT-BLANC ». Elle existe depuis 1933. Il y a plus que 80 ans, un pâtissier de cette boutique a découvert ce gâteau durant son voyage en France. Grâce à cette découverte, il s’est lancé dans la confection du Mont blanc, façon japonaise. Au lieu de la meringue, il a choisi Kasutera (カステラ) qui est la génoise japonaise. Pour le marron, il l’a utilisé assaisonné à la japonaise et coloré de la teinte jaune du gardénia. Voilà comment est né le Mont blanc japonais ! Aujourd’hui, il existe diverses recettes selon les enseignes. A l’ère Showa (昭和), lorsqu’on parle de Mont Blanc, il s’agissait du gâteau au marron à la teinte jaune. Personnellement je préfère la recette française mais celle du Japon me donne envie de temps en temps. Cela me rend nostalgique d’une certaine époque

Kuri gohan
Kuri gohan
Mont-Blanc facon japonaise
Mont-Blanc facon japonaise

5 : Champignon Matsutaké/ (松茸)

L’automne en France, c’est la saison des champignons !  Au Japon, c’est pareil. Parmi toutes ses variétés, Matsutake prend la première place. C’est une espèce rare et coûteuse presque l’égal du caviar ou de la truffe. Le prix de ces champignons cultivés au Japon est environ de 300 euros par kilo. Les champignons Matsutake de meilleure qualité coûtent plus de 800 euros !!
Ce champignon ayant une très bonne senteur typique est cuisiné souvent en soupe et en riz composé. Cela me rappelle que quelque fois durant l’automne, ma mère préparait Matsutaké gohan (松茸ご飯) qui est du riz composé avec ce champignon. Dans les restaurants traditionnels, vous pourrez peut-être le déguster ! Il est possible aussi d’en acheter en petit quantité au marché ou dans les grandes surfaces.

Champignon Matsutake
Champignon Matsutake

Voilà, après avoir contemplé le spectacle de Momiji, j’espère que vous pourrez également apprécier les saveurs japonaises automnales !

Vous avez aimé cette fiche ?
Vous pouvez le partager avec vos amis en cliquant sur ces boutons :


Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *